Le lien quantique, ou comment sommes-nous stressés par notre environnement

 

Chronique du livre de Lynne Mc Taggart
Le lien quantique (The bond)
Macro Editions

 

Elle est journaliste et l’auteure de deux best-sellers : le champ de la cohérence universelle, et la Science de l’intention. Son dernier livre « Le lien quantique » nous donne une carte pour changer de vie et vivre en harmonie avec les autres et la nature. Certains d’entre vous connaissent l’auteure. Elle apparaît dans les films documentaires, What the bleep do we know, Que savons-nous de la réalité – The living Matrix, la matrice vivante.

 

Le lien quantique« L’environnement à l’extérieur de nos corps détermine l’environnement à l’intérieur. Le corps physique n’est pas une entité discrète mais le produit fini d’une relation».

J’ai toujours été dubitative par rapport au postulat du New Age (Nouvel âge) qui est martelé dans tous les réseaux sociaux, qu’il faille changer son intérieur pour modifier son extérieur. Jusqu’à ce jour j’ai fait des efforts pour régler mes problèmes intérieurs, mais je dois dire que la qualité de la nature offerte par la Bretagne, le Finistère nord et plus précisément l’énergie de Roscoff ont eu une incidence sur ma capacité de transformation de ces dernières années. C’est bien l’environnement extérieur qui m’a permis de faire des modifications intérieures (sans parler du transit de Pluton pointé du doigt par tous les astrologues de la planète).

Le stresseur environnemental, qui s’impose à nous depuis l’extérieur, qu’est-ce que c’est ? Il apparaît souvent comme le premier facteur de stress (parmi les 5 catégories de stresseurs) quand je donne une séance de biofeedback quantique avec le SCIO. Je dis souvent à la personne qui consulte, que le stresseur « Environnement » peut être relié à quelque chose dans son environnement, sa maison, son lieu de travail, ou bien encore une nuisance de type pollution atmosphérique, onde électromagnétique. Le facteur de stress environnemental peut aussi être une présence humaine, une personne de notre entourage. Par exemple, la vibration d’une personne qui nous est proche au quotidien, peut drainer notre énergie, peut avoir un impact nocif sur nous. (d’après le livre « Le lien quantique », la prise régulière d’hormones artificielles, pourrait aussi constituer un autre type de stresseur environnemental).

Vous comprendrez aisément que le postulat de départ « Nos états intérieurs peuvent être vus entièrement comme le résultat de circonstances extérieures.» donné par Lynne Mc Taggart, l’auteure de l’ouvrage, étayé par l’étude de Jittle et Waterland qui suggère désormais que l’information coule dans une autre direction : de l’extérieur vers l’intérieur, le tout complété par mes 6 années d’expérience avec le SCIO, me met dans une posture favorable pour apprécier le livre dans sa globalité. J’ai vérifié ce postulat, l’impact de l’environnement extérieur sur nos changements internes, moi-même en étant dans un environnement naturel à plein temps. Je vous invite maintenant à découvrir les autres idées fortes du livre.

Un voyage scientifique

Selon l’auteure, c’est grâce à la nouvelle science, notamment la physique quantique, que nous pouvons expliquer qui nous sommes, nous les êtres humains, et comment nous pouvons envisager notre vie à l’avenir. Cette nouvelle science à laquelle elle fait référence opère aussi en biologie et en psychologie. Tout son livre conduit à nous montrer le lien, l’espace entre les êtres, ce lien quantique, qui s’oppose au concept de l’individu distinct et séparé et comment ce lien quantique peut être utilisé à bon escient.

La force du livre est qu’il est fondé sur les dernières découvertes scientifiques et l’interprétation de la science qui nous permet de vivre des expériences harmonieuses à l’échelle de communautés d’êtres humains. L’ouvrage rassemble des informations provenant d’un large éventail de publications scientifiques, d’ouvrages pour le grand public, d’articles de presse, d’entretiens avec des chercheurs etc.

J’ai envie de vous parler de choses qui m’ont frappé dans le livre. Mais d’abord, je vais vous lire tout simplement les titres de chapitre pour vous donner l’itinéraire du voyage. Je m’arrêterai sur certains points clés de l’ouvrage (qui fait 334 pages) qui sont en lien avec le thème principal du blog formationquantique.com

Partie 1 Le superorganisme
Traquer la chose
Le maître concepteur
Le Zeitgeber (littéralement le donneur de temps – un métronome, quelque chose qui donne le tempo de nos systèmes régulateurs de base)
Circuits partagés

Partie 2 L’attrait pour le tout
Nés pour appartenir
Nés pour s’accorder
Nés pour donner
Chacun son tour

Partie 3 Retrouver le lien
S’abandonner au tout
Les nouveaux voisinages
Payez au suivant

Le livre reprend les définitions de base du monde quantique. En voici quelques extraits.

ADN
En 1953 les biologistes moléculaires James Watson et Francis Crick ont proclamé qu’ils avaient découvert le « secret de la vie » en révélant la nature de l’acide désoxyribonucléique (l’ADN), le codage génétique dans le noyau de chaque cellule. Par la suite, beaucoup de scientifiques en sont venus à croire, qu’à l’intérieur de la double hélice enroulée se trouvait le programme de toute l’existence d’un individu. Chacune de nos cellules, équipée d’un paquet complet de gènes, suivait son futur pré-programmé, tandis que nous étions pris en otage par notre destinée génétique, impuissants à faire autre chose que d’observer notre histoire se dérouler. Comme toute autre sorte de matière, l’être humain avait aussi été atomisé – réduit, dans un sens à une équation mathématique.

Le Tout
La physique quantique pose la possibilité extraordinaire que tout ce qui est la vie existe dans une relation dynamique de coopération. Les physiciens quantiques reconnaissent désormais que l’univers n’est pas un assemblage de choses séparées qui se bousculent dans un espace vide. Toute matière existe dans une vaste toile quantique de connexions, et une chose vivante, à son état le plus élémentaire, est un système d’énergie impliqué dans un transfert constant d’informations avec son environnement. Plutôt qu’un regroupement de molécules individuelles et autonomes, les objets et les êtres vivants sont désormais considérés comme des processus dynamiques dans lesquels des parties d’une chose et des parties d’une autre chose échangent continuellement leur place.

Non-localisation
Principe de physique quantique appelé aussi « intrication », avec sa connotation poétique d’une inévitable indivision, comme un couple d’amoureux malchanceux forcés de se séparer, mais qui restent mentalement et émotionnellement entrelacés à jamais. Niels Bohr a découvert qu’une fois que les particules subatomiques, comme les électrons et les protons, sont en contact, elles restent conscientes l’une de l’autre et pour toujours influencées pas l’autre instantanément, et sans raison apparente, indépendamment du temps et de la distance, en dépit de l’absence de force ou d’énergie, ces éléments que les physiciens considèrent nécessaires pour qu’une chose affecte quelque chose d’autre.
Des particules intriquées se trouvent dans un état de « cohérence » où elles perdent leur individualité et se comportent comme une onde géante.
En lisant le livre « Le lien quantique », vous comprendrez aussi ce qu’est un « effondrement», et un « nuage de probabilités », vous découvrirez l’épigénétique.
Votre cerveau gauche sera ainsi rassuré.

« L’observateur change ce qu’il observe,
ce qui est observé change l’observateur. »

Un autre postulat essentiel dont nous devons tenir compte dans le monde de la guérison et de la santé quantique. L’auteure va plus loin en déclarant : « Nous ne sommes pas complètement responsables de notre destinée, en particulier de notre destinée biologique. » Le débat est ouvert.

Ce qui me paraît intéressant est le pouvoir du cerveau et le nombre de pages que le livre y consacre. Il s’agit de la puissance de l’intention en observant. Il y a un mélange constant de l’observateur avec l’observé. Des expériences sont réalisées sur les neurones et ce qui se passe dans le cerveau.

L’auteure nous parle de l’effet miroir : « les mêmes régions de notre cerveau qui sont activées quand nous ressentons un éventail d’émotions, allant de la joie à la peine réagissent aussi quand nous observons l’émotion chez un autre ».

« Ce sont nos neurones miroir qui vont nous permettre de nous connecter à autrui et nous avons besoin de fusionner un instant avec l’autre pour pouvoir le comprendre correctement. »

Puis plus loin, Lynne Mc Taggart explique : « on envoie des pensées et des intentions de guérison à une autre personne. Un grand nombre de processus physiologiques – ondes cardiaques, ondes cérébrales, circulation sanguine, respiration, envoi d’impulsions électriques au bout des doigts. Avec une pensée d’amour, deux corps deviennent rapidement un corps.» L’auteure parle de synchronie des deux cerveaux.

Vous voyez bien que vous créez un lien quantique avec le monde et que nous sommes toujours en conversation. Nous sommes toujours altérés par la relation entre nous et les choses hors de nous. Nos cellules se modifient en permanence.

C’est la raison pour laquelle, je dis toujours au cours de séances SCIO, que les informations qui sont affichées à l’écran ne sont que ce que nous obtenons à l’instant T. (Il est impossible de faire un diagnostic) « Tout organisme est la somme de sa connexion avec l’environnement dans une forme matérielle ».

Lien quantique, lien social

Et quand le lien quantique devient lien social, entre les individus et qu’il a un impact sur la bonne santé et le déclenchement de la maladie. Les stresseurs sociaux existent bel et bien.

Le livre affirme que
– le stress peut être engendré par notre réponse globale envers la vie, par la façon dont nous percevons notre place dans notre environnement immédiat.
–  l’isolement, est un facteur de risque très grand qui conduirait aux maladies coronariennes, à des taux de cholestérol élevé, un système immunitaire affaibli. L’auteure souligne que la recherche du lien est toujours présente en nous. Nous adoptons volontiers les humeurs positives et/ ou négatives d’autrui. Nous imitons les émotions des autres et nous les ressentons aussi profondément dans notre corps. Et ce fonctionnement va très loin, l’idée que l’obésité serait  socialement contagieuse, est mise en avant.

Vous trouverez également dans la suite de l’ouvrage des explications sur l’altruisme et la compassion. Pourquoi sommes nous enclins à aider, voire à se sacrifier. « Nous aidons quand nous avons perdu notre sens de l’individualité et quand nous pénétrons dans l’espace où nous sommes UN. »
L’auteure nous donne également une description du pardon, la force de l’intuition, la puissance du groupe.

Mais comment ressentir le lien ?

Comment ressentir que nous sommes UN ?

Cela me fait penser à Mathieu Ricard, qui passe un IRM pour vérifier l’activité cérébrale. Je vous invite à lire notre article:  Le cerveau et notre santé spirituelle

Quelles sont les parties du cerveau qui sont en action. Qu’est-ce qui se passe dans le cerveau quand nous sommes dans un état dans lequel nous oublions le soi, l’autre et ressentons le Tout. ?

Pour terminer ce voyage du lien quantique, j’attire votre attention sur le phénomène d’entraînement d’ondes cérébrales qui a lieu entre deux individus. Le livre illustre par des exemples vivants ce qui se produit entre les membres d’un groupe qui travaillent ensemble. L’activité électrique de chaque individu du groupe commence à résonner sur une onde commune. Il y aurait un mouvement vers l’unité quand un groupe de personnes agissent ensemble.

Il est essentiel de sentir, de définir comment nous nous voyons, nous et toutes les choses autour de nous. Voyons-nous des entités individuelles séparées les unes des autres ou bien comme entrelacées par nature?

Beaucoup de sociétés non-occidentales et des cultures indigènes conçoivent qu’ils sont inséparables de l’univers, reliés par une énergie universelle ou force de vie. Qu’est-ce qui nous gêne, en France, principalement ? Monsieur Descartes ? Nous voyons la chose. Ils voient la totalité, la relation entre les choses.
C’est cette dernière façon de voir que nous appliquons dans le domaine de la santé holistique et qui permet par exemple au biofeedback quantique de fonctionner et d’être efficace. Nous voyons le Tout. Nous avons une vision aérienne.

Et vous, voyez-vous un objet sur une image au premier plan ?

Ou bien

Voyez-vous l’ensemble de l’image, la relation entre les objets de l’image ?

Vous pouvez répondre dans l’espace commentaires ci-dessous.

Pour commander le livre cliquez sur l’image en haut de l’article.

Pour en savoir plus sur la santé et le monde quantique,

inscrivez-vous pour regarder notre vidéo d’Introduction en cliquant ici.

(pour visionner la bande annonce, cliquez ici)


Commentaire

Le lien quantique, ou comment sommes-nous stressés par notre environnement — 8 commentaires

  1. Très curieux et intéressé par les nouvelles techniques, quantiques entre autres, il y a malheureusement beaucoup de charlatanisme.
    …………………..

    Mon unique séance d’indigo (2h30) m’a procuré une immense fatigue *qui est allé crescendo pendant plus d’une semaine, puis de se stabiliser pour ensuite revenir lentement mon état antérieur !
    * Je ne pouvais plus lire, regarder la TV, bricoler, etc.

    Cordiales salutations.

    • Bonjour Monsieur Pougnier,

      Nous ne pouvons pas publier votre commentaire dans sa totalité, ni vos deux commentaires suivants, ceux-çi étant trop diffamatoires à l’égard de plusieurs pesonnes, dont moi-même, et de toute une profession.

      Sur ce blog nous respectons les règles de bienséance et de courtoisie entre les êtres humains, peu importe leur avis, leur ouverture d’esprit, leurs connaissances, leurs expériences.

      Nous avons répondu à vos commentaires dans dernier le bulletin d’information de ce blog, d’octobre.

      Je ne vais reprendre ici que la dernière partie qui concerne la séance de biofeedback quantique.

      Une séance de biofeedback quantique avec le SCIO et l’indigo, dure en règle générale 1 heure maximum, lorsque la personne est reliée à l’équipement. Si le temps excède les 45 minutes recommandées par le concepteur du SCIO, il suffit de demander au praticien pour quelles raisons.

      Les personnes qui reçoivent une séance de biofeedback quantique sont généralement informées du fait que des manifestations physiques peuvent avoir lieu dans les 72 heures qui suivent la séance. C’est le même phénomène quand une personne va voir un ostéopathe (technique de soin plus connue à ce jour). Le corps énergétique va bouger. Nous pouvons ressentir cette fatigue typique des moments où nous stoppons tout et que nous sentons que certaines choses alors remontent à la surface. Cela s’appelle bien souvent une « crise de guérison ».

      Nous sommes ravis pour vous, qu’une seule séance ait réussi à vous arrêter de regarder la TV !

      Cordialement

      Emmanuelle

  2. bonsoir,

    je pense fonctionner un peu comme un zoom, d’abord en position grand angle pour voir l’ensemble, passant ensuite au télé-objectif pour les détails

    votre question m’évoque une autre image : la vue de l’aigle, qui regarde de loin et embrasse l’ensemble, ou celle de la tortue qui arpente lentement le terrain en détail ?

  3. Je viens d’acheter le lien quantique. je ne manquerai pas d’ajouter un mot si je trouve des éléments marquants ( en plus de ceux que vous décrivez) à mettre en exergue.
    Cordialement
    DH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge