Perception et interprétation dans le monde des thérapies quantiques

 

Le maître est l'éternel étudiantJe suis passée en mode hallucination, au fur et à mesure que je lisais ligne par ligne, le message ci-dessous, que j’ai reçu dans ma messagerie Internet.

Cela se passe en France en 2014, pays où nous pouvons rencontrer une espèce évoluée de l’homme de Neandertal. (en mode auto-dérision)

 

Leur interprétation

Cliquez sur l’image pour lire le message

lettre_th

Mon interprétation de ce message

Comprenez-vous pour quelle raison la compassion est le premier cours du cursus de praticien de biofeedback quantique ! (Pratiquer la compassion revient à pratiquer la médecine). Premier sujet de notre module Les Fondamentaux (voir notre présentation).

La médecine quantique est tellement innée pour cette personne, dès sa naissance lorsqu’elle a ouvert les yeux, qu’elle a choisi de s’équiper d’un appareil INDIGO qui ne fonctionnait pas !
Cet appareil avait des vices de fabrication, perpétrés par l’entreprise nord-américaine qui l’a conçu, et que l’équipe européenne du concepteur du SCIO-Eductor a rectifié par la suite (avec la version 12-12-12 du logiciel).

Néanmoins, à ce jour, les modifications techniques ne permettent malheureusement pas à l’appareil d’avoir les propriétés de biofeedback au niveau de celles fournies par le SCIO. D’après la conceptrice du SCIO, qui avait « prêté » sa technologie propre au mode subspace, (à distance), l’INDIGO de ce monsieur, n’est pas recommandable auprès des assurances américaines qui remboursent les séances de biofeedback quantique (ses cellules ont du oublier de lui communiquer l’information).

Il ne reste plus qu’à espérer que ce praticien aura l’humilité d’en informer ses clients.

Rien ne prouve à ce jour, que l’utilisation d’un SCIO est innée. Je n’ai personnellement jamais entendu ce discours dans la bouche de la conceptrice. Bien au contraire, elle exige que les praticiens suivent un cursus de 700 heures de cours. Elle encourage les praticiens à réaliser une étude de cas (toutes les fonctions d’étude en double aveugle sont programmées dans l’appareil). Elle oblige le client à choisir un tuteur/tutrice (mentor) au moment de l’achat de l’appareil.

En revanche, il existe bien des revendeurs, des commerciaux, des distributeurs qui mettent en avant certains arguments et jouent les sirènes. Ils ont leur propre mode de perception.

Avons-nous tout cela dans nos cellules à la naissance ?

A quel moment peut-on proclamer que l’on fait de la médecine quantique à l’aide d’un logiciel ? Sans avoir au minima suivi les 700 heures de cours du cursus IMUNE, développé par la conceptrice du SCIO- Eductor en personne ?Sans avoir réalisé une étude de cas, publiée dans un journal officiel médical ou une revue scientifique et sans avoir soutenu une thèse devant un collège de pairs ?

A titre personnel, après près de 7 ans d’expérience avec le SCIO et au moment où j’ai mis mon « nez » dans les ouvrages de l’Université Médicale Internationale pour la Santé Naturelle, j’ai eu l’humilité de reconnaitre qu’en fait je ne savais pas grand-chose et que j’avais quelques belles années de formation devant moi.

Dans à peu près toutes les disciplines du secteur médical, un minimum de deux ans de formation est requis pour pouvoir être un « thérapeute ».

Si Monsieur « le praticien du jugement », que nous avons laissé s’exprimer sur ce blog, avait les compétences requises pour interpréter les résultats de l’appareil et faire de la véritable médecine quantique, les séances ne seraient pas aussi bon marché. Un praticien formé et certifié par IMUNE facture 150 euros, en moyenne, une séance en Europe, et facilement 150 à 200 dollars aux USA.

Alors qu’est-ce qui justifie ce genre de remarque à une praticienne, qui démarre de zéro, qui s’est inscrite à temps complet au centre de formation en ligne et qui franchit les étapes, une à une, de son chemin ? Qui n’a pas manqué de confiance, lorsqu’il s’est retrouvé au volant d’une Ferrari ?

Au bout du compte qu’est-ce qui est le plus important ?

Etre autonome vis-à-vis de sa santé et pouvoir s’occuper des siens et de ceux qu’on aime en toute sécurité et sincérité, pour jouir de la vie en pleine forme,

ou bien

de fournir un compte de résultats et une déclaration de TVA aux représentants du pouvoir fiscal du pays France, avec mention « payé par les chefs d’Etat » ?

Du mode hallucination je suis passée en mode « attristée » de devoir écrire ce genre d’article, pour défendre la grandeur d’âme d’une partie de notre profession, qui a réussi à changer de paradigme dans le domaine des soins et de la thérapie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge